Télépilote de drone : Quel salaire prévoir en 2022 ?

Vous avez décidé de devenir télépilote de drone, et voudriez avoir plus de détails sur ce métier, les possibilités de carrière qu’il offre et surtout, le salaire à prévoir en 2022 ? Cet article est alors fait pour vous !
Que vous comptez travailler dans le civil ou à l’armée, ce que vous devez surtout retenir est que ce métier est très réglementé. D’ailleurs, une formation professionnelle est impérative avant tout exercice.

1- Qu’est-ce qu’un télépilote de drone ?

La première mission d’un télépilote de drone est de commander et diriger un aéronef téléguidé. Seulement, nombreuses autres missions lui incombent. Ces taches nécessitent des compétences particulières en météorologie, en navigation, en aéronautique et en prise de vue.

Parmi les tâches qu’un pilote de drone doit effectuer avant de faire voler son appareil, on trouve :

  • la préparation du matériel (aéronef + matériel de prise de vue),
  • la collecte d’informations concernant les paramètres de navigation et les conditions météo,
  • transmission de son plan de vol aux centres de contrôle aérien.

Assisté ou non d’un GPS, le pilote maîtrise le drone tout au long de la mission. Rigoureux, il doit veiller au respect des règles de sécurité et doit pouvoir réagir au moindre souci sur le terrain.
Il devra, tout au long de sa mission, communiquer et échanger avec le personnel technique au sol concernant le rendu des images ainsi qu’avec les centres de contrôle aérien.

Au retour de l’appareil:

Il rédige les rapports de missions, restitue les images et vidéos, assure la maintenance technique de l’appareil.

Dans le civil, les pilotes de drones professionnels sont dans leur grande majorité des micro-entrepreneurs qui travaillent dans le domaine de l’audiovisuel (photos, vidéos).

Certains télépilotes de drones sont des salariés au sein de grandes entreprises ou des TPE-PME. Ils peuvent exercer dans de nombreux domaines d’activité : BTP, énergie, transport, urbanisme, agriculture, environnement, ingénierie, surveillance, cabinet de géomètre.

A l’armée (terre, air, marine) le pilote de drone militaire (le plus souvent officier) pilote des drones dédiés aux missions de surveillance, de renseignement et d’appui de feu notamment lors des conflits internationaux.

Qu’il soit en mission, ou en opérations extérieures, le pilote de drone doit se charger du lancement, du télépilotage, ainsi que la récupération et la sécurisation du transport des drones.

Pour exceller dans son travail, tout télépilote est appelé à avoir un excellent sens de l’orientation. Travaillant en complète autonomie, le pilote de drone doit être capable de prendre des initiatives. A leur compte, les pilotes de drones professionnels doivent être polyvalents dans leurs compétences, réactifs et avoir une organisation rigoureuse de façon à pouvoir jongler rapidement entre les tâches administratives, commerciales et de communication.

2- Quelle formation suivre pour devenir télépilote de drone ?

Les formations en pilotage de drone se différencient selon le secteur où le futur pilote professionnel compte exercer son métier.

En ce qui concerne le civil :

D’après la réglementation en vigueur depuis janvier 2021, l’utilisation de drones civils est soumise à la réglementation européenne qui crée 3 catégories en fonction du risque (ouverte, spécifique, certifiée). Cette réglementation impose pour tous les drones pesant entre 250 gr et 25 kg, une déclaration sur Fox Alphantango et une formation obligatoire.

En ce qui concerne l’armée :

Tous les recrutements sont effectués à partir du bac + tests de sélection. Après sélection, le pilote suivra une formation générale initiale puis une formation dans le pilotage de drone.

3- A quels salaires s’attendre en 2022 ?

Dans le civil, un télépilote de drone touche entre 1 300 et 2 500 € net par mois. Ce salaire dépend de ses compétences et les projets à sa charge.

Dans l’armée, un télépilote de drone touche entre 1328 et 2636 euros net par mois, selon son expérience et son grade.

(88)